0 806 110 502* - Notre rédaction vous accueille par téléphone, du lundi au samedi, de 8h00 à 18h00 ou par e-Mail : redaction@bugey.tv

Emmanuel Macron, Président de la République, a tenté le coup en portant le député de l’Ain au gouvernement. Mais c’était sans compter les déboires du désormais ex-ministre, qui allaient entacher lourdement le mandat de ce politicien.

Damien ABAD a rappelé les six déplacements officiels effectués en seulement deux semaines. Certes, c’est un travailleur, et chacun en a conscience. Mais dans son terrible discours de fin de route, il a surtout dénoncé « des calomnies ignobles à son encontre« . Et de rajouter qu’il fut peiné; ce que personne ne nie non-plus; de subir autant de difficultés à affirmer sa position au gouvernement, en étant jeté sur la place publique comme un véritable délinquant, ce dont il continuer à nier avec toute la sincérité que l’on peut attendre de lui.

Mais alors ? Est-il blanc comme neige ?

Pour le coup, la question est intéressante, attendue, intrigante, légitime, normale. Mais la réponse n’existe pas, en tout cas, pas pour l’instant. Et cela peut être long, voire très long.

Nous titrions plus haut un « J’accuse », tel un clin d’oeil au 7ème art et comme un élan de solidarité envers les « présumées victimes ». Parce que Damien ABAD, évidemment, pour laver son honneur à quatre-vingt dix degrés, s’est encore bien défendu face aux caméras de toute la presse Française ce matin, mais après avoir dit, entendu dire et répéter que l’ex-ministre est toujours présumé innocent, la presse nationale a quand même pris goût à cette formulation insidieuse au détriment de l’honneur présumé, des potentielles victimes du député. Nous entendons, de fait, très rarement, les journalistes et autres intervenants à l’antenne parler des victimes présumées autant que de la difficile et finalement impossible ascension de Damien ABAD. Alors nous avons souhaité donner un peu de courage à certaines et certains, en mettant un point d’honneur à ne jamais dénigrer celles ou ceux qui seraient sortis de l’ombre pour dénoncer des pratiques interdites, honteuses. Alors oui, à ce jour, Damien ABAD est innocent. Les victimes aussi.

Pour informer la population de la cinquième circonscription, rappelons que le député va donc retrouver sa place laissée vacante quelques jours seulement. Informons aussi les quelques 96’408 habitants qui n’ont pas voté pour Damien ABAD dans sa circonscription, qu’il est de RETOUR dans l’Ain, pour « défendre haut et fort » l’écrasante majorité (selon ses dires) qui a voté pour lui, qui compte tout de même 17’687 personnes.